Thor-ragnarok-920x518

  • Titre original : Thor: Ragnarok
  • Titre français : Thor : Ragnarok
  • Réalisation : Taika Waititi
  • Scénario : Stephany Folsom, Craig Kyle (en) et Christopher Yost (en), d’après les personnages créés par Jack Kirby, Stan Lee et Larry Lieber
  • Direction artistique : Bill Booth et Richard Hobbs
  • Décors : Dan Hennah
  • Costumes : Mayes C. Rubeo
  • Photographie : Javier Aguirresarobe
  • Musique : Mark Mothersbaugh
  • Production : Kevin Feige
    • Production déléguée : Louis D’Esposito, Alan Fine, Thomas M. Hammel, Stan Lee et Brad Winderbaum
  • Société de production : Marvel Studios
  • Société de distribution : Walt Disney Studios Motion Pictures International
  • Budget : 180 millions USD
  • Pays d’origine :  États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Genre : super-héros, action, science-fiction
  • Durée : 130 minutes
  • Dates de sortie :
    • France :
    • États-Unis :

Privé de son puissant marteau, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir, il va d’abord devoir mener un combat titanesque de gladiateurs contre celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk… (Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=223252.html)

Mon avis : Drôle certes mais il faudrait faire attention de ne pas tomber dans le ridicule. Ils ont voulu faire dans le même style que « Les Gardiens de la Galaxie » mais, personnellement, je trouve que cela ne correspondant pas à l’univers de Thor. La BO et le trop plein d’humour m’ont réellement dérangée pour ma part.

Au niveau casting, Cate Blanchett incarne une parfaite Hela, Déesse de la mort. Tessa Thompson est très belle en valkyrie et les personnages habituels (Thor, Loki, Hulk,…) interprètent aussi bien leur rôle respectifs. J’aime toujours autant la relation complexe entre Loki et Thor ainsi que celle entre Thor et Hulk. Cela remonte un peu le niveau du film.

Une scène m’a particulièrement marquée par son esthétisme magnifique : celle où les Valkyries attaquent Hela.

J’avoue avoir beaucoup ri et j’admets que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde dû à un très bon enchaînement de scènes d’action mais c’était parfois « too much » pour moi et cela m’a gâché le plaisir. Dommage… J’attends avec impatience maintenant « Avengers 3 : Infinity War« .

o6OhxtsgMurL4h68Uqei0aSPMNr

 

  • Titre original : Valérian et la Cité des mille planètes
  • Titre anglophone : Valerian and the City of a Thousand Planets
  • Réalisation : Luc Besson
  • Scénario : Luc Besson, d’après les bandes dessinées de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières
  • Direction artistique : Ben Mauro
  • Costumes : Olivier Bériot
  • Décors : Hugues Tissandier
  • Photographie : Thierry Arbogast
  • Montage : Julien Rey
  • Musique : Alexandre Desplat
  • Effets visuels : Weta Digital (Nouvelle-Zélande), Industrial Light & Magic (États-Unis), Rodeo FX (Québec, Montréal), Hybride Technologies (Québec, Montréal), Mikros Image (France, Paris), Mac Guff (France, Paris), Digital Factory (France, Paris)
  • Studio tournage : Cité du Cinéma – Saint Denis (France, Paris)
  • Production : Luc Besson et Virginie Silla
  • Sociétés de production : EuropaCorp ; TF1 Films Production (coproduction) ; Fundamental Films, Gulf Films, Novo Pictures, Orange Studio, River Road Entertainment et Universum Film (participations)
  • Société de distribution : EuropaCorp Distribution (France) ; STX Entertainment (États-Unis) ; Lionsgate (Royaume-Uni) ; Fundamental Films (Chine) ; Universum Film (Allemagne)
  • Budget : 197 470 000 euros
  • Pays d’origine :  France,  Chine,  Belgique et  États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Genres : action, aventure, science-fiction
  • Durée : 137 minutes

Au 28ème siècle, Valérian et Laureline forment une équipe d’agents spatio-temporels chargés de maintenir l’ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur l’extraordinaire cité intergalactique Alpha – une métropole en constante expansion où des espèces venues de l’univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire et leur culture. Un mystère se cache au cœur d’Alpha, une force obscure qui menace l’existence paisible de la Cité des Mille Planètes. Valérian et Laureline vont devoir engager une course contre la montre pour identifier la terrible menace et sauvegarder non seulement Alpha, mais l’avenir de l’univers. (Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=237821.html)

Mon avis : J’aime beaucoup ce genre de films! Même si je suis d’accord avec de nombreuse critiques sur le manque de profondeur scénaristique, cela ne m’a nullement empêchée de m’immerger dans le monde de science-fiction de Luc Besson. Très coloré et avec un esthétisme à couper le souffle, ce film m’a vraiment transportée!

L’univers de Valerian est peuplé de multitude de peuples plus impressionnants les uns que les autres et on découvre également de petites créatures vraiment très « chou » (ça me fait totalement craqué ce genre de bestioles! ^^). Les effets spéciaux ont hallucinants et magnifiques. Pour ce qui est du jeu des acteurs, ce n’est pas exceptionnel mais ça se laisse regarder tout de même. On peut y voir une apparition furtive de Alain Chabat et de Rihanna. Il y a également une participation de Kris Wu plus longue que je ne le pensais et que j’ai vraiment apprécié cependant, sa voix de doublage m’a fait saigner les oreilles tout le long du film!

Ce que j’attendais de ce film c’est qu’il m’en mette plein la vue et ce dernier a fait le taff pour moi. Un bon divertissement sans prise de tête.

OST : https://lemondecrearifdemaelia.com/2018/01/06/ost-valerian/

 

Mockingjay-part2-review

  • Titre français : Hunger Games : La Révolte, partie 2
  • Titre québécois : Hunger Games: La Révolte – Dernière partie
  • Titre original : The Hunger Games: Mockingjay – Part 2
  • Réalisation : Francis Lawrence
  • Scénario : Danny Strong, d’après Hunger Games : La Révolte de Suzanne Collins
  • Direction artistique : Philip Messina
  • Décors : Philip Messina
  • Costumes : Kurt and Bart
  • Photographie : Jo Willems
  • Montage : Alan Edward Bell et Mark Yoshikawa
  • Musique : James Newton Howard
  • Production : Nina Jacobson et Jon Kilik
  • Sociétés de production : Color Force et Lions Gate Film
  • Sociétés de distribution : Lions Gate Film (États-Unis), Metropolitan Filmexport (France), Entertainment One (Canada)
  • Pays d’origine : États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Format : Couleurs – 70 mm – 2.35:1 – Son Dolby numérique
  • Genre : science-fiction dystopique
  • Budget : 125 millions $
  • Durée : 137 minutes
  • Dates de sortie :
    •  Allemagne : (avant-première mondiale à Berlin)
    •  France :
    •  États-Unis,  Canada :

Alors que Panem est ravagé par une guerre désormais totale, Katniss et le Président Snow vont s’affronter pour la dernière fois. Katniss et ses plus proches amis – Gale, Finnick, et Peeta – sont envoyés en mission pour le District 13 : ils vont risquer leur vie pour tenter d’assassiner le Président Snow, qui s’est juré de détruire Katniss. Les pièges mortels, les ennemis et les choix déchirants qui attendent Katniss seront des épreuves bien pires que tout ce qu’elle a déjà pu affronter dans l’arène… (Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=204925.html)

Mon avis : Cette saga, je ne me lasserai jamais de la regarder… Ce dernier opus est plus sombre que les précédents et si on est plutôt sensible (comme moi ^^!), on ne peut s’empêcher de pleurer à chaudes larmes durant tout le film. J’ai lu beaucoup de critiques sur cette franchise mais il ne faut pas oublier que les productions sont vraiment fidèles au roman de Suzanne Collins et l’histoire est très bien comme elle est. Si le réalisateur avait par malheur rajouté des scènes inexistantes dans les romans, il y aurait sûrement eu des critiques sur cela. L’être humain est vraiment insatisfait par nature! (désolée, petite parenthèse philosophique ^^!). On ne s’ennuie pas une seule seconde car l’intrigue est bien rythmée. Le dénouement de l’histoire peut-être surprenant pour ceux n’ayant pas lu les livres et les morts subites de personnages clefs, déchirantes (ATTENTION SPOILERS!!!!! La mort de Finn m’a particulièrement achevée! Et celle de Prim est injuste! Katniss s’est sacrifiée afin d’éviter qu’elle meure et elle finit tout de même par mourir! Quelle ironie! Cette histoire se termine comme elle aurait dû finir sans doute…)

En ce qui concerne les interprétations de Jennifer Lawrence et de Josh Hutcherson, elles sont magistrales! On ne peut que compatir à leur souffrance et à leur destin tragique. Liam Hemsworth a fait on boulot mais sans plus je trouve (en même temps, son personnage n’est pas très expressif). Donald Sutherland a incarné un Président Snow à la perfection. Il lui a donné un côté plutôt attachant dans ce dernier film car même si ce dernier est en conflit avec Katniss, il la met en garde sur ses aprioris.

Les décors, les costumes et les maquillages sont toujours aussi prodigieux et nous permettent de nous immerger parfaitement dans cette révolte. Ainsi que l’OST, poignante comme toujours (https://lemondecrearifdemaelia.com/2017/11/25/ost-the-hunger-games-la-revolte-partie-2-the-score/).

Je ne suis peut-être pas objective car je suis une fane inconditionnelle de cette saga mais je vous conseille fortement de visionner ce film (et pourquoi pas faire une soirée marathon « Hunger Games » ^^).

Citations : « Nous avons un ennemi, Le Président Snow ! Il corrompt tout et tout le monde.Il retourne les meilleurs d’entre nous les uns contre les autres. Arrêtez de tuer en son nom ! Ce soir, tournez vos armes vers le Capitole. Tournez vos armes vers Snow ! » -Katniss-

« Nos vies ne nous jamais appartenu. Elles appartiennent à Snow. Et nos morts aussi. Mais si tu le tues Katniss, si tu mets fin à tout ça, toutes ces morts, elles auront un sens. » -Peeta-

 

 

file_124786_0_hungergamesmocktrailer

  • Titre original : The Hunger Games: Mokingjay – Part 1
  • Titre français : Hunger Games : La Révolte, partie 1
  • Réalisation : Francis Lawrence
  • Scénario : Danny Strong, d’après Hunger Games : La Révolte de Suzanne Collins
  • Direction artistique : Philip Messina
  • Décors : Philip Messina
  • Costumes : Kurt and Bart
  • Photographie : Jo Willems
  • Montage : Alan Edward Bell et Mark Yoshikawa
  • Musique : James Newton Howard
  • Production : Nina Jacobson et Jon Kilik
  • Sociétés de production : Color Force (en) et Lions Gate Film
  • Société de distribution : Lions Gate Film (États-Unis), Metropolitan Filmexport (France)
  • Pays d’origine : États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Format : Couleurs – 70 mm – 2.35:1 – Son Dolby numérique
  • Genre : science-fiction dystopique
  • Durée : 123 minutes
  • Budget : 125 millions de dollars
  • Dates de sortie :
    •  France :
    •  États-Unis :

Katniss Everdeen s’est réfugiée dans le District 13 après avoir détruit à jamais l’arène et les Jeux. Sous le commandement de la Présidente Coin, chef du district, et suivant les conseils de ses amis en qui elle a toute confiance, Katniss déploie ses ailes pour devenir le symbole de la rébellion. Elle va se battre pour sauver Peeta et libérer le pays tout entier, à qui son courage a redonné espoir. (Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=200088.html)

Mon avis : Ce troisième opus de « Hunger Games » est plus sombre mais il me donne toujours autant de frissons lorsque je le regarde. Il reste fidèle en tout point au livre de Suzanne Collins et pour ceux qui ont apprécié le roman, ils adoreront le film! Il nous donne la possibilité de visionner les descriptions écrites par l’auteur avec beaucoup de justesse et cela m’a permis, pour ma part, de m’immerger complètement dans l’histoire. « Hunger Games : La Révote partie 1 » se déroulant au district 13 une bonne partie du film, le réalisateur a su avec brio faire ressortir cette atmosphère sombre et pesante du bunker. L’interprétation surprise a capella de « The Hanging Tree » par Jennifer Lawrence et juste magnifique et elle accompagne une scène incroyable qui justifie à elle seule de voir le film.

Jennifer Lawrence est vraiment crédible et efficace dans son rôle de Katniss Everdeen qui nous est montrée plus humaine (et complètement détruite à cause des Hunger Games) par la position dans laquelle elle se trouve : symbole de la Rébellion pour une nation entière. Il ne faut pas oublier qu’elle s’est engagée dans les « Hunger Games » pour sauver sa soeur et non par choix. Dans ce film, elle se lance dans la Rébellion non par conviction mais pour sauver Peeta des griffes du Capitol (d’ailleurs, c’est Prim qui lui dit qu’en tant que Geai Moqueur, elle a le pouvoir d’obtenir tout ce qu’elle souhaite). Par la suite, peut-être peut-on détecter chez elle une âme de révolutionnaire ou plutôt, une jeune fille révoltée par les agissements du Capitol mais ses choix ont toujours étaient dictés égoïstement afin de protéger ses proches. Ballottée au milieu des jeux de pouvoirs entre le Capitol et le Dictrict 13, l’héroïne lutte intérieurement pour reprendre le l’ascendant sur sa vie et sur ses propres choix.

J’ai trouvé Josh Hutcherson excellent dans son rôle de Peeta torturé par le Capitol. Même si ses apparitions sont brèves, elles ont le méritent d’être poignantes et émouvantes. Et les retrouvailles entre les deux tourtereaux sont déchirantes (surtout que le film se termine à ce moment-là! Trop cruel!).

Même si « Hunger Games : L’embrasement » est mon préféré, on ne peut être indifférent à l’ambiance de celui-ci qui nous embarque dans cette révolte progressivement et nous bouleverse par la sincérité que l’on ressent dans l’interprétation des acteurs. L’OST qui l’accompagne ne fait qu’amplifier le grondement de cette rébellion et la combinaison audacieuse entre artistes contemporains (Lorde, Major Lazer et Ariana Grande, etc…) et l’orchestration magnifique de James Newton Howard embellissent parfaitement le film (https://lemondecrearifdemaelia.com/2017/11/21/ost-the-hunger-games-la-revolte-partie-1/ et https://lemondecrearifdemaelia.com/2017/11/21/ost-the-hunger-games-la-revolte-partie-1-2/). A voir de toute urgence!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ATTENTION SPOILERS dans les prochaines vidéos!!!!!!!!!!!!!!!!

Citation : « Je veux que les rebelles sachent que je suis vivante!… Que je suis au district 8 où le Capitol vient de bombarder un hôpital… rempli de gens désarmés! Des hommes, des femmes et des enfants! Il n’y aura pas de survivants! Si vous pensez, ne serait-ce qu’une seconde que le Capitol nous traitera avec équité vous êtes entrain de vous leurrez! Parce que nous savons qui ils sont! Et ce qu’ils font! Ca… c’est ce qu’ils font! Alors nous devons nous battre!… J’ai un message pour le Président Snow. Vous pouvez nous torturer et nous bombarder. Vous pouvez réduire nos districts en cendres! Mais vous voyez ça?!!! Le feu, ça se propage! Si nous brûlons, vous brûlerez avec nous! » –Katniss Everdeen

 

 

 

THG-Catching-Fire-Wallpaper-the-hunger-games-34025924-1280-800-compressed

  • Titre original : The Hunger Games: Catching Fire
  • Titre français : Hunger Games : L’Embrasement
  • Réalisation : Francis Lawrence
  • Scénario : Michael Arndt et Simon Beaufoy, d’après Hunger Games : L’Embrasement de Suzanne Collins
  • Direction artistique : Philip Messina
  • Décors : John Collins
  • Costumes : Liz Vastola
  • Montage : Alan Edward Bell
  • Musique  : James Newton Howard
  • Production : Nina Jacobson et Jon Colik
  • Société de production : Color Force (film company) (en)
  • Société de distribution : Lions Gate Film (États-Unis), Metropolitan Filmexport (France)
  • Budget : 130 000 000 USD
  • Pays d’origine :  États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Genre : science-fiction, dystopie
  • Durée : 146 minutes
  • Dates de sortie :
    •  Royaume-Uni : (avant-première mondiale à Londres)
    •  États-Unis,  Canada :
    •  Belgique,  France,  Suisse romande :
  • Classification : Tout public avec avertissement en France

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Katniss Everdeen est rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74e édition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark.
Puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de laisser une fois de plus leur famille et leurs amis pour partir faire la Tournée de la victoire dans tous les districts. Au fil de son voyage, Katniss sent que la révolte gronde, mais le Capitole exerce toujours un contrôle absolu sur les districts tandis que le Président Snow prépare la 75e édition des Hunger Games, les Jeux de l’Expiation – une compétition qui pourrait changer Panem à jamais… (Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=196666.html)

Mon avis : Et voici le deuxième volet de la saga « Hunger Games » et mon préféré d’ailleurs! Tout est réuni dans ce film pour me faire plaisir. Ils se sont surpassés pour la beauté des costumes et des maquillages. J’ai trouvé Katniss et Peeta extrêmement beaux. Le visuel général est magnifique et l’OST (https://lemondecrearifdemaelia.com/2017/11/17/ost-the-hunger-games-lembrasement/ et https://lemondecrearifdemaelia.com/2017/11/17/ost-the-hunger-games-lembrasement-the-score/), comme la précédente, vraiment très belle.

L’histoire se poursuit et est assez fidèle encore une fois au roman de Suzanne Collins et tant mieux! Les scènes que je souhaitais voir avec impatience sont présentes et merveilleusement bien réalisées.

L’évolution de Katniss sur ses sentiments est progressive et on sent et voit tout de suite à quel point les jeux l’ont changé… tout comme Peeta, mais chez lui, on peut remarqué que ces jeux l’ont également rendu plus fort. C’est vraiment un très beau couple qui ne peut que se correspondre car Katniss et Peeta sont deux âmes traumatisés à vie par les jeux et ils se réconfortent mutuellement.

Le duo de choc Haymitch Abernathy/Effie Trinket est vraiment très drôle mais on découvre un aspect chaleureux de la personnalité de Effie qui est plaisante et émouvante à voir.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Finnick. J’ai pu ressentir tout de suite qu’il serait un allié de confiance pour Katniss (de même dans le livre). J’adore son caractère taquin et son discernement. Johanna est également un personnage que l’on apprend à aprécier malgré son agressivité et son franc parlé. On peut desceller chez elle une part de fragilité qu’elle cherche à tout prix à cacher afin de se préserver du Capitol.

Dans l’ensemble, un des meilleurs de la saga pour ma part. Les costumes m’ont bluffée et il y a plusieurs scènes juste magiques pour moi. Je le conseille vivement!

Citations :

  • Peeta : « Katniss… je ne sais pas quelle entente tu as fait avec Haymitch mai il m’a fait des promesses aussi… Si tu meurs et que je vis… je n’aurai plus rien. Il n’y a personne d’autre qui m’importe…« 
  • Katniss : « Peeta…« 
  • Peeta  : « Pour toi, c’est différent. Ta famille a besoin de toi…Tu dois vivre… pour eux.« 
  • Katniss : « Oui mais toi?« 
  • Peeta : « Personne n’a besoin de moi« 
  • Katniss : « Si moi… j’ai besoin de toi« 

Hunger_games_backround

  • Titre original : The Hunger Games
  • Titre français : Hunger Games
  • Titre québécois : Hunger Games : Le Film
  • Réalisation : Gary Ross
  • Scénario : Gary Ross, Suzanne Collins et Billy Ray, d’après le roman éponyme de Suzanne Collins, premier tome de sa trilogie
  • Décors : Philip Messina
  • Costumes : Judianna Makovsky
  • Photographie : Tom Stern
  • Montage : Stephen Mirrione et Juliette Welfling
  • Musique : James Newton Howard et T-Bone Burnett
  • Production : Nina Jacobson et Jon Kilik
  • Sociétés de production : Lions Gate Film, Color Force
  • Sociétés de distribution : Lionsgate (États-Unis), Alliance Vivafilm (Canada), Warner Bros (international), Metropolitan Filmexport (France)
  • Budget : 78 000 000 $
  • Pays d’origine : États-Unis
  • Langue : anglais
  • Genre : science-fiction
  • Durée : 142 minutes
  • Dates de sortie : Belgique,  France : Canada,  États-Unis :
  • Classification : tout public avec avertissement (France)

Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l’Amérique du Nord, le Capitole, l’impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille – les « Tributs » – concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s’être rebellée et stratégie d’intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s’affronter jusqu’à la mort. L’unique survivant est déclaré vainqueur.
La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n’est plus désormais qu’un alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l’arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l’amour… (Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=145083.html)

Mon avis : Je viens de le revoir à la télévision (la saga est rediffusée sur D8 tous les lundi depuis le 6 novembre) et je suis toujours aussi fane! J’ai eu beaucoup de mal à me décider à le regarder il y de ça quelques années car ce n’est pas mon genre de film ; cependant, « Hunger Games » m’a tellement plus que je me suis tout de suite immergée dans les livres (que j’ai dévoré en moins d’une semaine!). A l’époque, je pensais que le fait de les lire comblerait mon impatience mais, au contraire, j’avais hâte de découvrir la suite des films! Depuis, le genre dystopique m’attire beaucoup plus.

Le casting est très convainquant et j’ai pu découvrir Jennifer Lawrence qui m’était totalement inconnue. J’ai su tout de suite apprécier son jeu d’actrice. Elle incarne parfaitement cette jeune fille courageuse. De même que Josh Hutcherson qui interprète un Peeta Melarke à la perfection. C’est vrai que, dans les débuts, je n’étais pas spécialement attirée par son personnage mais au fil du déroulement de l’histoire, j’ai été séduite.

Le thème musical qui accompagne le film est vraiment très beau (https://lemondecrearifdemaelia.com/2017/11/16/ost-the-hunger-games-the-score/ et https://lemondecrearifdemaelia.com/2017/11/16/ost-the-hunger-game-songs-from-district-12-and-beyond/) et l’histoire en elle-même est captivante. De plus, les costumes sont réellement originaux et magnifiques. Ayant lu le livres, les réalisateurs ont plutôt été fidèles dans l’ensemble au roman de Suzanne Collins. Je conseille ce film pour les fans de la sage mais également pour ceux qui ne la connaissent pas car j’ai pu la découvrir grâce à ce film.

 

johncarterpromo1

 

  • Titre original : John Carter
  • Titre français : John Carter
  • Réalisation : Andrew Stanton
  • Scénario : Andrew Stanton, Mark Andrews et Michael Chabon, d’après le personnage d’Une princesse de Mars d’Edgar Rice Burroughs
  • Direction artistique : David Allday, James Hambidge et Naaman Marshall
  • Décors : Nathan Crowley
  • Costumes : Mayes C. Rubeo
  • Photographie : Daniel Mindel
  • Montage : Eric Zumbrunnen
  • Musique : Michael Giacchino
  • Production : Jim Morris, Lindsey Collins et Colin Wilson
  • Société de production : Walt Disney Pictures
  • Société de distribution : Walt Disney Studios Distribution
  • Budget : 250 000 000 $
  • Pays d’origine :  États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Genre : heroic fantasy, science-fiction
  • Durée : 133 minutes
  • Dates de sortie :
    • Belgique, Italie, France : en Digital 3D et IMAX 3D
    • Canada, États-Unis : en Digital 3D et IMAX 3D
  • Classification :
    • France : Tous publics

Le cinéaste oscarisé Andrew Stanton signe avec « JOHN CARTER » un grand film d’aventures qui se déroule sur la planète Barsoom (Mars), peuplée de tribus guerrières et d’extraordinaires créatures. Tiré du premier livre du « Cycle de Mars » d’Edgar Rice Burroughs, le film raconte le fascinant voyage de John Carter, qui se retrouve inexplicablement transporté sur Barsoom, au cœur d’une guerre mystérieuse entre les habitants de la planète. Parmi tous les êtres étranges qui peuplent cet univers, il fera la connaissance de Tars Tarkas et de la captivante princesse Dejah Thoris. Dans ce monde sur le point de disparaître, Carter va découvrir que la survie de Barsoom et de son peuple est entre ses mains… (Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=137263.html et https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Carter_(film))

Mon avis : Je suis assez fane de ce genre de films, héroïque, fantaisiste et un soupçon de science fiction. Je ne m’attendais pas à grand chose pour celui-ci car je n’en avais jamais entendu parler donc je pensais être tombé sur un film de série B mais j’ai été agréablement surprise par la qualité des effets spéciaux et l’originalité des créatures présentées. L’histoire également m’a beaucoup plus et j’ai tout de suite été submergée dans son univers. Certaines scènes nous paraissent irréalistes tellement elles sont folles mais ça ne m’a pas dérangée lus que cela et, pour ce genre de film, cela n’a rien d’étonnant d’ailleurs.

Pour moi, un film très divertissant et joliment fait au niveau des effets spéciaux.

 

maxresdefault

  • Titre original et français : Transformers: The Last Knight
  • Titre québécois : Transformers : Le Dernier Chevalier
  • Réalisation : Michael Bay
  • Scénario : Art Marcum, Matt Holloway et Ken Nolan avec la participation de Michael Bay (non crèdité), d’après une histoire d’Akiva Goldsman
  • Direction artistique : Jason Knox-Johnston
  • Décors : Jeffrey Beecroft
  • Costumes : Lisa Lovaas
  • Photographie : Jonathan Sela
  • Montage: Mark Sanger, Roger Barton, Adam Gerstel et John Refoua
  • Musique : Steve Jablonsky
  • Production : Tom DeSanto, Akiva Goldsman, Lorenzo di Bonaventura, Ian Bryce et Don Murphy
Production déléguée : Michael Bay et Steven Spielberg
  • Sociétés de production : Paramount Pictures, Hasbro et di Bonaventura pictures
  • Société de distribution : Paramount Pictures
  • Budget: 260 millions de dollars
  • Pays d’origine :  États-Unis
  • Langue originale : anglais et quelques répliques en français et allemand
  • Genres : action, science-fiction
  • Durée : 150 minutes
  • Dates de sortie :
    • États-Unis :
    • France :
  • Classification : Tous publics lors de sa sortie en France.

« The Last Knight » fait voler en éclats les mythes essentiels de la franchise Transformers, et redéfinit ce que signifie être un héros. Humains et Transformers sont en guerre. Optimus Prime n’est plus là… La clé de notre salut est enfouie dans les secrets du passé, dans l’histoire cachée des Transformers sur Terre. Sauver notre monde sera la mission d’une alliance inattendue : Cade Yeager, Bumblebee, un Lord anglais et un professeur d’Oxford. Il arrive un moment, dans la vie de chacun, où l’on se doit de faire la différence. Dans « Transformers: The Last Knight« , les victimes deviendront les héros. Les héros deviendront les méchants. Un seul monde survivra : le leur… ou le nôtre (Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=198592.html)

Mon avis : Etant fane des 2 premiers volets, je me devais de regarder celui-ci même si je trouve qu’ils sont devenus moins attractifs. Il y a des scènes complètement irréelles qui m’ont un peu dérangée mais l’action et les combats au ralenti à la sauce Transformers fonctionnent toujours autant sur moi.

L’histoire de fond n’a rien de bien originale : un homme protégeant les Transformers du monde entier et devant sauver la planète contre la menace de destruction des Decepticons. Il n’y a pas de profondeur dans tout ça mais ce genre de film est fait pour le spectacle et, sur ce point, il fait son taff. Le thème musical reste plus ou moins inchangé.

Un bon divertissement mai sans grande surprise.

C8Ee9coXgAAXo9-

  • Titre original : It
  • Titre français : Ça
  • Titre international : It: Chapter One
  • Réalisation : Andrés Muschietti
  • Scénario : Gary Dauberman, Cary Fukunaga, Chase Palmer, adapté du roman Ça de Stephen King
  • Direction artistique : Peter Grundy
  • Décors : Rosalie Board
  • Costumes : Janie Bryant
  • Photographie : Chung Chung-hoon
  • Montage : Jason Ballantine (en)
  • Musique : Benjamin Wallfisch (en)
  • Production : Roy Lee, Dan Lin, Seth Grahame-Smith, David Katzenberg et Barbara Muschietti (coproductions)
  • Sociétés de production : New Line Cinema, Lin Pictures, Vertigo Entertainment, KatzSmith Productions (coproduction), RatPac-Dune Entertainment (association)
  • Sociétés de distribution : New Line Cinema (États-Unis), Warner Bros. (France)
  • Budget : 35 millions de dollars
  • Pays d’origine :  États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Sous-titres français : Géraldine le Pelletier
  • Genre : horreur
  • Durée : 135 minutes
  • Dates de sortie :
    • États-Unis : (Première à Los Angeles) ;
    • Belgique :
    • France : (Festival de Deauville) ;
  • Classification : Interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en France

md-cinema-ca-entete

À Derry, dans le Maine, sept gamins ayant du mal à s’intégrer se sont regroupés au sein du « Club des Ratés ». Rejetés par leurs camarades, ils sont les cibles favorites des gros durs de l’école. Ils ont aussi en commun d’avoir éprouvé leur plus grande terreur face à un terrible prédateur métamorphe qu’ils appellent « Ça« …
Car depuis toujours, Derry est en proie à une créature qui émerge des égouts tous les 27 ans pour se nourrir des terreurs de ses victimes de choix : les enfants. Bien décidés à rester soudés, les Ratés tentent de surmonter leurs peurs pour enrayer un nouveau cycle meurtrier. Un cycle qui a commencé un jour de pluie lorsqu’un petit garçon poursuivant son bateau en papier s’est retrouvé face-à-face avec le Clown Grippe-Sou …(Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=144685.html)

 

Mon avis : Lorsque j’ai été voir ce film au ciné, j’avais l’apriori de flipper tout le long et de rester cachée derrière ma veste mais j’ai été agréablement surprise d’apprécier l’histoire. Même si j’ai eu des petites frayeurs, je ne le considère pas vraiment comme un film d’horreur car je n’ai pas non plus été terrifiée au point d’être en apnée totale comme je le suis habituellement devant ce genre de films.

Je suis passée par différentes émotions : la peur lors de l’apparition de « Ca » ; l’indignation et un sentiment de malaise devant le destin assez glauque de certains enfants (qui les rendent d’autant plus attachants d’ailleurs) ; l’amusement grâce aux réparties très drôles du « Club des ratés » ; et bien entendu, de la tristesse, surtout pour la première victime du clown…

J’ai vraiment été transportée dans l’univers du film et par son intrigue. De plus, les effets spéciaux sont très réussis et le maquillage de « Ca » très convainquant.

Un film bien réalisé avec un enchaînement des scènes très pertinentes devant lequel on passe un très bon moment. Cela me donne envie de voir le chapitre 2. Je le conseille fortement!

____546a67ce9fe58

 

  • Titre français : L’Odyssée de Pi
  • Titre original : Life of Pi
  • Titre québécois : L’Histoire de Pi
  • Réalisation : Ang Lee
  • Scénario : David Magee, d’après le roman de Yann Martel
  • Production : Ang Lee, Gil Netter et David Womark
  • Acteurs principaux : Irrfan Khan, Suraj Sharma, Tabu
  • Sociétés de production : Rhythm & Hues, Fox 2000 Pictures
  • Société de distribution : 20th Century Fox (États-Unis)
  • Pays d’origine :  États-Unis
  • Genre : Aventure, drame
  • Durée : 125 minutes
  • Sortie : 2012

Après une enfance passée à Pondichéry en Inde, Pi Patel, 17 ans, embarque avec sa famille pour le Canada où l’attend une nouvelle vie. Mais son destin est bouleversé par le naufrage spectaculaire du cargo en pleine mer. Il se retrouve seul survivant à bord d’un canot de sauvetage. Seul, ou presque… Richard Parker, splendide et féroce tigre du Bengale est aussi du voyage. L’instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra développer son ingéniosité et faire preuve d’un courage insoupçonné pour survivre à cette aventure incroyable.

Mon avis : Un seul mot : BOULEVERSANT! Ce film nous transporte littéralement dans son univers par son histoire, son visuel magnifique et un casting époustouflant. On est embarqué dans une aventure extraordinaire et, à la fin du film, tout prend une autre dimension lorsque la vérité est dévoilée…. Je n’en dit pas plus car je risque de spoiler ce film sublime et ce serait réellement gâcher le plaisir de le découvrir. Cela fait la deuxième fois que je le regarde et la magie opère toujours… Je le conseille vivement!